Taux nationaux du Baccalauréat 2014 en Afrique francophone

De 81.9% pour le Rwanda, à 6.9% pour la Centrafrique, voici le classement des 20 pays francophone (Français 1ere ou 2eme langue) au baccalauréat 2014 !

  1. Rwanda : 81.9%
  2. Cameroun : 53.05% (2013)
  3. Tunisie : 49%
  4. Madagascar : 47.59 (2013)
  5. Algérie : 45.01%
  6. Maroc : 43.06%
  7. Togo : 42%
  8. RDC / Burkina Faso : 37.04% / 37.04%
  9. Cote d’Ivoire : 36.23%
  10. Niger : 35.21%
  11. Guinée (Conakry) : 34.69% (2013) vs. 21% (2012)
  12. Benin : 32.35% (2013)
  13. Congo : 25.4%
  14. Sénégal : – 20% (provisoire)
  15. Mali : 16,24%
  16. Gabon : 13.88% (2012)
  17. Comores : 10.5%
  18. Mauritanie : 9%
  19. Tchad : 8%
  20. République centrafricaine : 6.9% (2013)

Aucune statistique trouvée sur la Guinée équatoriale (Malabo), Seychelles, le Burundi et Djibouti. Notez, que selon l’UNESCO, le taux brut de scolarisation à Djibouti, est passé de 0,64% en 1990 à 3,75% en 2006. Cela vous donne une petite idée !

Petit rappel, la France, qui nous prête sa langue à un taux de 87.9% cette année – Bon sinon, l’émergence passe aussi (voir surtout!) par l’éducation, donc on fait comment ?

We cannot complain about what they think of us until we start telling them about us.

A bientôt,

– Sarah C.

Advertisements

3 thoughts on “Taux nationaux du Baccalauréat 2014 en Afrique francophone

  1. Curieusement je me dit que dans la plupart des pays francophones ouest africains, le taux de réussite au baccalauréat est aussi empririquement lié aux disponibilités d’accueil au niveau des universités et écoles supérieures. Même si le lien n’est jamais mentionné, je pense qu’on en tient compte. Imaginons un instant qu’on se retrouve avec plus de 50% de réussite au Baccalauréat en CI, on aurait plus de 100,000 étudiants à caser dans l’enseignement supérieur. Comment? Deja avec les 80,000 (environs) nouveaux bacheliers, je sais que les responsables des départements ministériels en question ne savent pas à quels saints se vouer.

  2. Y a-t-il de pays qui puisse se developer sans developer ses propres ressources humaines? Le massacre academique en Afrique francophone, dans des pays comme le Benin, est un cauchemar qui me trouble. Ou va l’Afrique lorsqu’elle pietine le facteur meme de son progres?
    A regarder de pres, il y a bien une relation entre la conscience politique et les resultats au Bac.

    Y a-t-il un souci de prosperer les investissements de l’etat dans le systeme scolaire qui sont des investissements de long terme? Ceux des parents sur un continent aussi pauvre? La douleur, les veilles, les interminables epreuves auxquelles les eleves eux-memes sont soumis tout au long de l’annee? Lorsqu’on a eu l’opportunite de comparer les exigences d’un systeme scolaire comme celui du Benin, a celles de son ex-colonisateur, comme le systeme francais dont est suppose avoir herite, on comprend bien que notre systeme est une flagellation des enfants, et pire, une flagellation sans resultat; une dure et vaine epreuve. Ou menons-nous nos enfants? Ou menons-nous l’Afrique? Le systeme oeuvre pour une Afrique qui ne pourra que rejeter et affamer ses enfants, puisqu’elle ne pourra pas les utilizer pour advancer, et les autres ne les accepteront pas non plus, parce que ceux qu’ils acceptant c’est la crème des cremes. Les mediocres viendront se faire les nouveaux de nos futures generations, parce que nous aurions failli de les qualifier.

    Pourquoi maintenir une classe enseignante incapable de former des eleves qui reussissent? Si plus de 50 a 80% de toute une generation d’eleves ne peuvent reussir, c’est le systeme et ses leaders qui doivent etre serieusement audites, a qui compte doit etre demande, et qui doivent render compte. Ceux qui detournent les ressources financieres commettent un crime d’un moment, mais ceux qui meprisent et massacrent l’education des enfants commettent un crime de tout temps, un crime irremediable pour de nombreuses populations et contre le developpement des nations africaines.

    Il y a un desordre conscient et un mepris d’evaluation et de redressement de nos systemes educatifs.
    L’Afrique est en face d’une crise suffisamment grave. L’illetrisme a conduit nos ancetres a se faire esclaves, conspirant contre leurs propres peuples. Cette generation politique et enseignante conspire-t-elle contre les peuples africains d’aujourd’hui et de demain, faisant d’eux esclaves presents et futurs sur leurs propres terres?

    Deja nous mourons affames sur des ressources minieres, ignorant comment les exploiter ou meme comment les identifier.

    La science s’invente et se laisse manipuler par ceux dont l’intelligence est aiguisee par un systeme ouvert a l’evolution, un systeme promoteur du savoir.

    Sacree Afrique qui donne tout l’air de se refuser la connaissance, s’interdir l’evolution!

    On ne peut qu’appeler a l’action citoyenne et intellectuelle contre ce complot!
    Jeronime

  3. Effectivement, cela semble être une raison plausible. Je vais essayer de faire un blog sur le nombre de candidat au bac vs. Le nombre d’élèves accueillis en 3eme cycle chaque année et le comparer avec le taux de réussite au bac. Je n’avais jamais vu cela sous cet angle. Merci !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s